De la maison connectée à la ville connectée

Ville connectée

La ville connectée, vous ne voyez pas ce que c’est ? Voici un chiffre qui vous parlera : 20. Comme les 20 minutes de vie que passe en moyenne un automobiliste parisien à chercher une place de parking. Un vrai gâchis non ?

Bonne nouvelle ! Il existe maintenant des solutions pour dénicher les places en temps réel. Des capteurs dans le sol, une appli, un réseau pour communiquer et hop, le tour est joué.

Enfin presque… Partout dans le monde, les initiatives se multiplient pour donner naissance à la ville connectée mais il s’agit pour l’instant de tests grandeur nature.

Embarquez avec nous pour une visite de la (future) ville connectée !

Une ville connectée pour mieux consommer

Prenons l’exemple de l’électricité. Notre manière de consommer cette source d’énergie si précieuse est loin d’être optimale.

A chaque pic de conso, on sert les doigts très fort pour ne pas qu’elle nous lâche. Mais dès que le mercure chute, on pousse le chauffage à fond. Et si la canicule pointe son nez, vite vite vite on active la clim’ !

Et la facture on en parle ? Elle nous semble toujours trop élevée mais combien se renseignent sur les heures creuses et pleines prévues au contrat ? Qui connaît le prix du kwh ?

Ce comportement paradoxal s'explique par le fait qu’il nous manque des repères essentiels.

Chacun sait combien lui coûte son plein d’essence et combien de kilomètres il parcourt avec. Pour l’électricité jusqu’à présent il n’était pas possible de “visualiser” sa conso en fonction de ses comportements.

Désormais, dans la ville connectée, chacun peut observer l’impact d’une baisse de 1 degré de son chauffage par exemple et moduler ses plages de chauffe en fonction des moments de la journée et de l’année.

Du consommateur au consom’acteur

Le consommateur suivra sa consommation au jour le jour grâce à la remontée de données récoltées par des capteurs. Depuis une appli ou une tablette, le “consom’acteur” pourra interagir au lieu de subir.

C’est dans ce but que l’Union européenne a fixé un objectif de 80% de foyers équipés de compteurs communicants d’ici 2020. En France, cela passera par l’installation de compteurs Linky.

Pour l’eau, la problématique est la même : mieux consommer pour ne pas épuiser inutilement cette ressource naturelle.

L’exemple de Lyon

A Lyon, dans le quartier de la Confluence, la municipalité a mis en place un système de smart grid (terme à la mode pour désigner un réseau d’électricité “intelligent”).

Pas moins de 22 entreprises françaises se sont réunies autour de ce projet. Résultat : un ensemble de 3 bâtiments à “énergie positive”. Baptisé Hikari ce quartier produit donc plus d’énergie qu’il en consomme. Ça fait rêver n'est-ce pas ?

Une plateforme de collecte de données permet de gérer la conso globale de tout ce quartier et les habitants pilotent leurs consos de gaz, élec’ et eau depuis une tablette dédiée. Malin 🙂

Une ville intelligente pour mieux anticiper

Connaître ses consos pour les jours écoulés c’est bien mais on peut aussi utiliser les données pour prévenir les évènements à venir.

Pour l’eau par exemple : détecter plus rapidement une fuite, prévenir une inondation et même anticiper la pollution des eaux de baignade, dans la ville connectée, c’est possible !

Auparavant, lorsque l’on suspectait un épisode de pollution, il fallait analyser les eaux et attendre les résultats avant de prendre des mesures d’interdiction de baignade. Beaucoup d’efforts pour un résultat parfois nul si l’interdiction intervient alors que la pollution a disparu.

Désormais, en croisant les données sur la qualité de l’eau, sur la météo et sur les mouvements de la mer, on anticipe cette pollution et l’alerte est lancée en amont !

Plus de sécurité

Les questions de sécurité sont présentes partout dans la ville : incendies, fuites de gaz, agressions, etc. Prenons deux exemples très concrets de la vie quotidienne.

L’éclairage des villes

La ville, la nuit, l’obscurité et … un bruit. Vous commencez à regretter d’avoir pris ce raccourci. Imaginez qu’à ce moment là comme par magie, les lampadaires s’allument, vous rassurant ainsi sur ce qui se profile à l’horizon.

Des lampadaires qui ajustent leur intensité en fonction de ce qu’ils détectent, so pratique ! 

La fiabilité des ascenseurs

Sans même être accro à la rubrique faits divers, on a tous déjà entendu une histoire d'ascenseur en panne. L’angoisse !

Grâce à une maintenance prédictive, de nombreuses pannes pourraient être anticipées. KONE vise de connecter l’ensemble de sa base de maintenance de plus d’un million d’équipements à la plateforme de service dans le cloud d’IBM et assure que l’analyse de cette masse de données permettra de réduire la durée de mise à l’arrêt d’un équipement et d’accélérer les travaux de réparation.

Plus de productivité

La collecte de données dans les ascenseurs permettra aussi d’anticiper les flux pour mieux réguler la circulation des personnes dans les bâtiments. Plus aucune excuse pour prendre des pauses à rallonge !

Des applications proposent de vous prévenir que votre rendez-vous est sur le point d’arriver à partir du moment où il entre dans l’ascenseur, etc.

Dans les bureaux de la ville connectée, il semble que ce n’est pas tant votre confort que votre productivité qui sera optimisée 🙂

Trop de “smart” tue le “smart” ?

Smart Home, Smart Building, Smart City, Smart Grid, Smart Water… Tous ces termes à la mode nous prédisent un avenir radieux dans la ville du futur.

Pourtant leur variété traduit aussi un obstacle à cette ville connectée : sans interopérabilité entre ces systèmes et ces objets/bâtiments/infrastructures connectés, elle ne pourra pas voir le jour.

Et vous, vous l’imaginez comment la ville connectée ?

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée