Ville connectée, avez-vous tout capté ?

Lampadaires intelligents, voitures sans chauffeur, taxis volants, drones ou encore robots qui déambulent dans les rues pour assurer notre sécurité… Est-ce la bande-annonce du prochain film de Luc Besson ? Non, tout simplement des objets connectés en test ou déjà existants qui peupleront (peut-être) la ville connectée de demain… A quoi ressembleront nos villes dans 10 ans ? Voici quelques pistes…

Des villes connectées, moins gourmandes en énergie ?

Dépenser moins – et surtout mieux – l’énergie : voilà une préoccupation qui se place dans le top des priorités des collectivités pour l'avenir de leur ville. Chacun tente de trouver LA bonne combinaison qui cochera toutes les cases : alléger la facture des habitants, favoriser les énergies locales, et, bien sûr, réduire l’impact environnemental.

Vous avez dit Smart Grid ? 

À Nanterre, le projet "Cœur de quartier" initié par EDF, tente de répondre à ces multiples enjeux. Au cœur du dispositif : un double smart grid (= réseau « intelligent » qui favorise la circulation d’informations entre les fournisseurs et les consommateurs), à la fois thermique et électrique. Autrement dit un système centralisé et unique pour piloter, en temps réel, le chauffage, la climatisation et l’eau chaude sanitaire. Et une promesse de poids : intégrer 60 % d’énergies renouvelables et de récupération. Une première en France !

De l'importance de faire des "pauses"

Autre candidat aux économies d’énergie : les lampadaires intelligents qui n'éclairent que quand c’est nécessaire 🙂

Comment ça marche ? Détour par le Danemark, qui a déjà équipé ses routes de ces lampadaire écolos. Équipés de LED connectés , ils n’éclairent à 100% que lorsqu’un véhicule est détecté. Le reste du temps, ils ne sont qu’à 20% de leur capacité.

Même système à Toulouse mais pour les piétons. La ville a choisi le boîtier high-tech “Kara” inventé par la start-up locale Kawantech qui permet d’éclairer à 10% de la capacité quand il n’y a personne et à pleine puissance dès qu’un piéton approche. “Nous réalisons 70 % d’économies de consommation par rapport à un lampadaire led classique”, affirme Emilion Esnault, conseiller municipal délégué à l’éclairage public de la ville*.

Alors les autres, qu’est-ce qu’on attend ?

Des villes connectées, plus sûres ?

Connectées, autonomes, électriques, les voitures de demain se parent de multiples atouts tech pour assurer notre confort mais aussi notre sécurité. Voici un aperçu des véhicules que nous conduirons croiserons dans la ville du futur.

Mi-DeLorean, mi-voiture de James Bond

Au premier coup d’oeil, vous ne remarquez rien ? Normal. Capteurs et caméras savent se faire discrets mais c’est bien grâce à eux que les bolides du futur présentés au dernier CES à Las Vegas seront capables d'analyser votre état physiologique, d'identifier les obstacles, de vous prévenir en cas d'accident. Et même de réduire votre temps de réaction dans les situations à risques, comme le propose Nissan et sa technologie “Brain to vehicule” qui promet de lire dans vos pensées 🙂

Plus aucun risque de piquer du nez

Autre technologie innovante (et pratique !) : la reconnaissance faciale pour déverrouiller votre véhicule ou détecter les signes d'endormissement. En cas de fatigue, la vaporisation de gouttes d'eau sur le conducteur se déclenche grâce au système développé par l’équipementier Valeo. Et là, merci technologie de sauver nos vies !

Des villes ultra-connectées ?

Après la 3G, la 4G… bienvenue à la 5G pour cinquième génération ! Elle fera son entrée cette année pour une phase de test de 18 à 24 mois dans 9 villes de l’Hexagone (Lyon, Bordeaux, Lille, Douai, Montpellier, Nantes, Le Havre, Saint-Etienne, Grenoble).

Face à la multiplication des usages – les milliards de vidéos visionnées sur smartphone mais aussi de nouvelles pratiques commes les interventions chirurgicales par écrans interposés – la 5G apparait comme une nécessité pour satisfaire ce raz-de-marée de connexions.

À la clé : un débit bien supérieur à ceux existants car dix à vingt fois plus rapide que la 4G actuelle. En revanche, il va falloir s'armer d'un petit peu de patience avant une couverture totale du territoire. En cours de normalisation entre les différents acteurs, la 5G ne sera pas disponible à la commercialisation "avant 5 ans" selon le président de l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep). Patience….

*Source : 20 Minutes

Laissez-nous un commentaire

Pas d'inquiétude votre adresse email ne sera pas publiée